ACTUALITÉ
Remonter ] agenda : à la une ] [ la dernière actu ] l'actu par date ]
Communiqué 1er Novembre 2007

L'ECOLOGIE N'EST PAS SARKO-COMPATIBLE !

Les Alternatifs considèrent que le "Grenelle de l'environnement" est un échec pour l'écologie mais un succès pour la peste présidentielle. La non remise en cause de l'utilisation du terme de "Grenelle", emprunté au langage de Mai 68, préfigurait ce succès. Il s'agissait de faire croire à la volonté de bouleversement du Président alors même qu'il n'a cessé de proclamer sa volonté farouche et haineuse d'en finir avec les acquis de Mai.

Certes, le retard accumulé par la France dans le domaine de l'écologie, dont la droite n'est pas seule responsable, rendait indispensable l'ouverture d'un cycle de négociations avec les mouvements et associations environnementalistes.

Ce caractère indispensable imposait l'adoption de mesures fortes, bousculant même très partiellement les intérêts de classe du patronat et amorçant un changement par rapport à la logique destructrice imposé par le mode de développement capitaliste.

De ce point de vue, la montagne a accouché d'une souris.

Le gel du nombre de sites nucléaires ne s'oppose pas à la construction de nouvelles centrales, dans le prolongement de l'actuel EPR. Nous sommes à mille lieues de la sortie nécessaire et progressive du nucléaire que nous exigeons.

La priorité donnée au rail ne concerne pas le développement et l'entretien du réseau de proximité. Quant au freinage du développement du transport routier, il attendra, au profit des multinationales du secteur. Les fabricants et gestionnaires d'autoroutes peuvent aussi se réjouir : l'avenir continuera de leur appartenir.

La taxe carbone, indispensable immédiatement et non aux calendes, n'est pas étendue à d'autres polluants. De plus, Sarkozy se montre d'ores et déjà sensible à l'argumentation du MEDEF : baisser les cotisations sociales au fondement de notre solidarité en contrepartie de la taxe environnement et opposer ainsi exigences écologiques et exigences sociales.

On ne peut être opposé aux économies d'énergie planifiées pour l'habitat. Mais, financées par allégement fiscal, elles n'imposent aucune règle contraignante aux entreprises. Le MEDEF productiviste a applaudi pour saluer les sur-profits futurs.

Les OGM ? Le gel des cultures prendra fin avant les semences du printemps 2008. La FNSEA, véritable MEDEF des gros agriculteurs, disposera du temps nécessaire, avec l'appui de Barroso et de la technocratie libérale européenne, pour organiser par la loi la coexistence des cultures OGM et les cultures sans OGM

Enfin, si l'agriculture biologique reçoit un début de reconnaissance, ce n'est que comme supplément d'âme de l'agriculture productiviste qui pourra poursuivre son oeuvre destructrice - les nitrates par exemple - et mettre à genoux, au nom du libre-échange, les agricultures vivrières des pays du sud.

La très grande majorité des mesures envisagées, à l'image du bonus-malus pour les véhicules individuels ou de la prime à la "casse", s'inscrivent dans la logique libérale du tout-incitatif par les prix qui contourne l'aspect contraignant et égalitaire de la loi.

Les Alternatifs, contrairement à certains mouvements ou personnalités se réclamant de l'écologie, ne sont pas dupes des entourloupes présidentielles. La prise en compte des impératifs écologiques suppose une mise en cause profonde de la relation entre les hommes et les ressources naturelles telle qu'elle a été construite par le capitalisme.

Pourquoi, si on ne l'aide pas, Sarkozy remettrait-il en cause les fondements de son pouvoir ?

Il nous faut un grand mouvement social qui impose enfin les préoccupations de l'écologie politique.

Les Alternatifs ne ménageront pas leurs efforts pour y parvenir.


Les Alternatifs des Alpes-Maritimes

haut