ACTUALITÉ
Remonter ] agenda : à la une ] [ la dernière actu ] l'actu par date ]
Communiqué le 22 mars

NUCLEAIRE : NI CIVIL, NI MILITAIRE
NI CHEZ NOUS, NI AILLEURS



En relançant, avec le réacteur EPR, un nouveau programme électro-nucléaire, la Droite au pouvoir poursuit la funeste politique énergétique de ses prédécesseurs.

UN CHOIX ECONOMIQUEMENT ET SOCIALEMENT INACCEPTABLE

Il y avait le projet ITER. Voici le programme EPR. Tous les deux vont absorber des sommes colossales qui seraient mieux employées à une véritable politique d’économies d’énergie, de diversification des sources de production et de développement des énergies renouvelables. C’est- à -dire une politique énergétique qui privilégie la déconcentration de la production, l’équilibre des territoires et l’emploi local.

UN CHOIX ECOLOGIQUEMENT INACCEPTABLE

Par centaines de milliers de tonnes, les déchets nucléaires s’accumulent. Le prétendu "retraitement" est une escroquerie qui ne réduit en rien ni le volume, ni la dangerosité des déchets.

L’enfouissement est un cadeau empoisonné et mortel légué aux générations futures. La meilleure façon de gérer les déchets nucléaires, c’est de ne pas en produire!

LE NUCLEAIRE N’ EST PAS LA BONNE SOLUTION

Comme pour le pétrole, les réserves connues d’uranium sont limitées à quelques dizaines d’années et situées pour l’essentiel hors de l’Hexagone.

Le nucléaire accroît les risques: Relancer un programme électro-nucléaire ou vendre ses centrales à l’étranger, c’est perdre toute crédibilité dans la lutte contre la prolifération de l’arme atomique. C’est au contraire encourager d’autres Etats à se doter de cette arme, car il n’y a pas de frontière infranchissable entre nucléaire civil et nucléaire militaire.

Avec l'EPR, aucune question n'est réglée. Trente ans après le premier programme électro-nucléaire, les mêmes questions se posent: dangerosité des technologies employées, risques de dissémination de matières radio-actives et hautement toxiques (plutonium), usage criminel qui peut en être fait, font du nucléaire un domaine où règnent centralisme et culte du secret. La filière nucléaire est porteuse d’un risque de dérive policière qui menace toute la Société. I. L’opacité reste la règle. Les décisions sont prises sans réel débat public, sans consultation de la population et sous l’influence de la technocratie et des lobbies industriels capitalistes.

DECIDEMENT, RIEN NE JUSTIFIE LA RELANCE DU NUCLEAIRE !

FAISONS DE L’ENERGIE UN BIEN COMMUN DE L’HUMANITE

La fracture énergétique s’accroît entre riches et pauvres, entre Pays du nord et Pays du sud. Le mode de production capitaliste, par le gaspillage de l’énergie qu’il induit, contribue aux dérèglements climatiques de la Planète. Il est urgent, pour la survie même de l’Humanité, de promouvoir un autre type de Société fondée sur une politique énergétique économe et autonome, le partage équitable de l’accès à l’énergie.

Il faut soustraire ce secteur aux appétits privés

Exigeons la mise en place d' un grand service public rénové de l’énergie, sous contrôle citoyen.

Manifestation contre le nucléaire les 15 et 16 avril


La commission écologie des Alternatifs

haut