ACTUALITÉ
Remonter ] agenda : à la une ] [ la dernière actu ] l'actu par date ]
Communiqué des Alternatifs le 15 novembre 2003

UNE CONSTITUTION DEMOCRATIQUE POUR L'UNION EUROPEENNE

L'Union européenne (UE), a confié l'élaboration du projet de Constitution à une Convention et non à une Assemblée constituante européenne, et pourtant elle proclame son attachement aux principes démocratiques. Il est impensable que ce projet puisse être adopté sans demander leur avis aux peuples européens.

En effet, le texte inscrit dans une constitution et rend définitif ce qui est proprement du domaine du choix politique, par exemple "un marché unique où la concurrence est libre et non faussée". Et, dans la conduite des politiques économiques, les Etats "agissent dans le respect du principe d'une économie de marché ouverte où la concurrence est libre". Ce principe est donc supérieur à tout autre objectif dont la poursuite ne saurait justifier la moindre entrave au libre-échange. Comprenons que, par définition, toute politique et tout bien public "faussent" la libre concurrence. L'école publique fait une concurrence déloyale à l'école privée, l'hôpital aux cliniques. Une taxe sur les cigarettes fausse la concurrence, tout comme le Smic ou la limitation de la vitesse des poids lourds. La simple existence d'un gouvernement fausse la concurrence ! Il est classique de reprocher aux électeurs de ne pas répondre à la question posée.

La question n'est pas "Etes vous pour ou contre l'Europe ?", elle est "Etes vous pour ou contre ce projet de constitution?". Nous sommes contre ce projet et pour l'Europe.

Hier, il fallait voter pour le traité de Maastricht sous peine d'être contre l'Europe. Ce traité devait permettre des créations d'emploi (9,6% de chômeurs en France aujourd'hui.) grâce aux critères de stabilité Ces critères sont d'ailleurs bafoués par le Gouvernement français, simplement pour diminuer les impôts de la classe sociale qu'il représente. Demain, la classe économico-journalistico-politique fera même chantage que pour Maastricht : ceux qui seront contre seront des anti-européens, des souverainistes faisant le jeu de l'Extrême droite.

Au contraire, refusant le projet d'Europe libérale, les Alternatifs agissent à la fois pour une Europe des mobilisations sociales et pour une construction politique européenne autour d'objectifs démocratiques, écologiques, sociaux et féministes.

  Document collectif

haut