Les Alternatifs
Accueil du site > Actualités > Vote électronique : un rapport qui accouche d’une souris

Communiqué des Alternatifs du 19 avril 2014

Vote électronique : un rapport qui accouche d’une souris

Autant poser clairement les choses, le rapport parlementaire rendu public le 14 avril 2014 par les sénateurs Alain Anziani (PS) et Antoine Lefèvre (UMP) ne fera pas date dans la littérature consacrée au vote électronique, qu’il se pratique via l’interface de machines à voter ou par internet.
Bien que ce rapport s’affiche comme critique sur l’usage des machines à voter et du vote sur Internet, les prescriptions émises s’avèrent bien faibles, voir pas très courageuses au regard des régressions introduites par le vote électronique lors d’un processus électoral. Il transpire clairement de ce document la volonté de ne pas désavouer les élus locaux qui se sont déjà engagé dans l’impasse des machines à voter et de ne pas fermer la porte aux industriels de l’informatique et à leur potentiel marché juteux du vote électronique.


Malgré le fait que ce rapport s’intitule "Vote électronique : préserver la confiance des électeurs", l’attention aux citoyens électeurs est le grand absent des prescriptions proposées. Sur le fond, comment considérer en effet que le vote électronique puisse s’apparenter à une modernisation d’un mode de scrutin quand, au vu de l’opacité et du caractère invérifiable du système de vote électronique utilisé, il s’avère désormais impossible pour les citoyens de contrôler le bon déroulement de toutes les étapes des scrutins électoraux. Comment oser s’attendre à de la « confiance » de la part des électeurs lorsque l’action de « voter » se résume dès lors à cliquer sur un bouton sans avoir la garantie que son « vote » électronique soit bien crédité au compte de voix du candidat ou de la liste de personnes de son choix. Comment évoquer une soit-disante « confiance » lorsqu’il est désormais impossible de recompter des « bulletins » (sic) dématérialisés en cas d’erreur ou de contestation. Cette confiance ne s’acquerra jamais par la délégation imposée de son droit légitime de contrôle à un tiers. Cette confiance ne pourra pas par ailleurs s’artificialiser par le bidouillage du Code électoral par les législateurs pour rendre « légal » des procédés indignes d’un pays qui veut se prétendre être une démocratie. Qu’on se le dise une fois pour toute, le vote électronique, via des machines à voter ou par internet, introduit de facto la notion de doute dans le processus électoral.
Si les sénateurs Alain Anziani et Antoine Lefèvre avaient été honnêtes dans leur démarche, on aurait pu s’attendre au minimum de leur part qu’ils apportent de la précision dans leur exposé concernant les expérimentations européennes. On aurait apprécié que les deux sénateurs rappellent que les machines à voter tour à tour désavouées ces dernières années en Irlande, aux Pays-Bas ou bien en Allemagne étaient fabriquées par l’entreprise néerlandaise NEDAP. Machines à voter NEDAP qui s’avèrent correspondre à près de 80 % des ordinateurs de vote utilisés encore à l’heure actuelle en France ! Témoignage de la persistance d’un « syndrôme de Tchernobyl  » franco franchouillard qui fait toujours s’arrêter miraculeusement les questions dérangeantes aux frontières de notre beau pays ? La prescription des deux sénateurs d’un retrait pur et simple par le Ministre de l’Intérieur de l’agrément des machines à voter NEDAP aurait tenu d’un véritable courage politique. Voir à minima d’une demande d’un moratoire sur l’utilisation des machines à voter utilisées en France à l’image de celle faite en 2007 par le Parti socialiste à la veille des élections législatives. Le courage politique tant attendu sur le dossier du vote électronique sera t-il en dernier lieu à l’initiative de Bernard Cazeneuve, Ministre de l’Intérieur fraîchement nommé…

Les Alternatifs

Répondre à cet article



SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 Hébergement infomaniak